COMME C'EST BEAU!
POÉSIE ET ECOLOGIE

La chambre fortunée où j’en appelle à Dieu : René Guy Cadou

René Guy Cadou, poète né en 1920 en Bretagne et mort en 1951 fut un poète de la simplicité et de la vie humble. Cette « chambre fortunée où j’en appelle à Dieu » est sans doute la Brière qu’il aimait avec tendresse, celle de son enfance, celle des marais et des limons.

Le poème ci dessous intitulé « Long Feu » est dit par Michael Lonsdale dans l’émission « Ca rime à quoi » du 29 septembre 2013 sur France Culture

2019-11-01T12:40:37+01:00octobre 8th, 2013|Mots-clés : , , |0 commentaire

Savoir qu’on ne sait pas, c’est l’excellence : Tao Te King

Dans la vision taoïste du monde, « les belles paroles ne sont pas sincères » et « la sagesse n’est pas dans l’érudition »…

Nous continuons ici la publication d’extraits du Tao Te king, cette fois-ci sur la relativité de tout savoir et de toute parole péremptoire.

Bien entendu, toute ressemblance avec certains « philosophes » à la mode serait purement fortuite…

Extrait de l’émission « Tout un Monde » du 29 novembre 2011 sur France Culture ( texte du Tao Te King traduit par Jean Lévi et dit par Alexandra Fournier ).

2019-11-01T15:53:35+01:00décembre 14th, 2011|Mots-clés : , |0 commentaire

Plus on multiplie les ordonnances, plus le brigands pullulent : Lao Tseu

Dans la vision taoïste du monde, la manière idéale de gouverner le peuple est le « non-agir ». C’est pourquoi le sage dit, dans le Tao Te King, le grand livre fondateur du taoïsme attribué à Lao Tseu :

« …Je ne fais rien et le peuple se perfectionne…je me tiens coi, et le peuple se gouverne…je n’entreprends rien, et le peuple s’enrichit… »

Il est ainsi parfaitement inutile – voire même néfaste – de s’agiter, de « multiplier les ordonnances« , les interdictions, les lois ( et j’ajouterais volontiers  : les apparitions à la télévision ).

Bien entendu, toute ressemblance avec un personnage politique connu étant ici purement fortuite…

Extrait de l’émission « Tout un Monde » du 29 novembre 2011 sur France Culture ( texte du Tao Te King traduit par Jean Lévi et dit par Alexandra Fournier ).

2019-11-02T20:20:24+01:00décembre 9th, 2011|Mots-clés : , , |0 commentaire

Les femmes ont l’avenir devant elles : Gisèle Halimi

Dans cet entretien diffusé dans l’émission de France Culture « A voix nue » du 11 novembre 2011, Gisèle Halimi évoque avec beaucoup de finesse ce qui différencie « socialement » les femmes des hommes, et pourquoi les femmes « ont l’avenir devant elles »: « l’homme c’est l’homme, que demander de plus ?  le monde leur appartient, dans la religion, dans les lois…« , alors que « les femmes, elles sont neuves » et donc « elles inventent, elles ont une espèce de hardiesse, une démarche poétique »….

Ainsi le pouvoir ( des hommes ) stérilise et assèche la créativité, alors que l’absence de pouvoir ( des femmes ) oblige à inventer, innover, créer…

2019-11-02T20:23:51+01:00décembre 1st, 2011|Mots-clés : , |0 commentaire

Qu’est-ce qu’un homme dans l’infini ? Blaise Pascal

Voici un second extrait des « Pensées » de Pascal dites par Pierre Fresnay ( disques Festival – collection « Poètes immortels » ).

Ici Pascal nous fait sentir la petitesse de l’homme dans l’infini de la nature. Mais il a une raison pour insister sur cela : si « tout ce monde visible n’est qu’un trait imperceptible« , cela doit nous ramener à notre planète, à notre dimension humaine, à la relativité de notre existence, et nous apprendre « à estimer la terre, les royaumes, les villes et soi-même son juste prix » en toute humilité….

2019-11-02T20:53:42+01:00octobre 7th, 2011|Mots-clés : , |0 commentaire

Les humanités soeurs : Jules Laforgue

Dans ce petit poème intitulé « L’impossible », extrait du recueil « Le sanglot de la terre » paru en 1901, Jules Laforgue ( 1860-1887 ) nous parle des mondes lointains où habitent des  « humanités soeurs »…Saurons-nous bientôt si nous sommes seuls dans l’univers ? Et si ce n’est pas le cas, comme le croit le poète, comme il nous faudra revoir nos vieilles conceptions….

Ce poème est dit ici par Jacques Doyen, dans un disque « récital de poésie » édité par l’ORTF.

2019-11-02T20:58:49+01:00octobre 4th, 2011|Mots-clés : |0 commentaire

Le coeur et la raison : Blaise Pascal

« Le coeur a ses raisons que la raison ne connait point »….qui ne connait cette citation de Pascal ? Mais qui la comprend vraiment…Pascal prend ici le mot « coeur » dans le sens de l’intuition, et montre que la raison a ses limites, et doit reconnaître qu' »il y a une infinité de choses qui la surpassent »….et qu’elle ne peut comprendre !!

Pierre Fresnay dit ici ce beau texte, extrait des « Pensées ». Cet enregistrement a été édité par les disques Festival dans la collection “Poètes Immortels”.

2019-11-03T15:40:24+01:00septembre 29th, 2011|Mots-clés : |Commentaires fermés sur Le coeur et la raison : Blaise Pascal

Nous voilà tout seuls et légers : Paul Claudel

Dans cet enregistrement dit par Laurent Terzieff, extrait de son recueil « Corona benignitatis anni dei » datant de 1914, Paul Claudel nous parle de la nécessité de partir et tout laisser derrière soi pour accéder à la dimension spirituelle.

Il s’agit de laisser derrière soi femmes et enfants, visages aimés, « connaissances et possessions dévorantes et inutiles », art, science, vie libre….afin d’aller vers là où « il n’y a plus que le soleil éternel de Dieu sur les eaux qu’il a créées ».

Extrait d’un disque 45 tours des Editions Jericho.

2019-11-03T15:49:07+01:00septembre 24th, 2011|Mots-clés : , |Commentaires fermés sur Nous voilà tout seuls et légers : Paul Claudel

Dieu loge dans les toutes petites choses : Christian Bobin à propos de Ryokan

Dans cette chronique ( émission Initiales du 3 juillet 2011 sur la Radio Suisse Romande ) Christian Bobin nous dit son émerveillement pour les poèmes de Ryokan, cet ermite japonais du XVIIIème siècle – « le moine au coeur d’enfant » – qui nous a laissé de biens jolis poèmes, comme celui-ci par exemple :

Que laisserai-je derrière moi ?
Les fleurs du printemps,
le coucou dans les collines,
et les fleurs de l’automne

« Ryokan ne célébrait aucun rituel et ne dispensait aucun enseignement. Jamais non plus il n’évoque un point de doctrine ou ne fait état d’un quelconque éveil… » ( Wikipedia ). Il s’occupe des petites choses, de son bol disparu, des enfants avec lesquels il joue pendant des heures, pendant que les hommes d’affaires « font leurs additions sous les gravats »…

2019-11-03T17:53:12+01:00juillet 20th, 2011|Mots-clés : , , |Commentaires fermés sur Dieu loge dans les toutes petites choses : Christian Bobin à propos de Ryokan

Je ne suis rien qu’un peu de vie : Eugène Guillevic

Eugène Guillevic nous dit ici qu’il n’est rien lui-même, mais qu’il « parle pour tout ce qui est, au nom de tout ce qui a forme et pas de forme. , pour la vie qui va de l’avant, pour « le présent allant vers l’avenir »….

Poème extrait du recueil l’Art Poétique, édité par Gallimard, dit ici par Pierre Rousseau, dans le disque « Anthologie de la poésie française contemporaine » publié par Les Disques du Cavalier en 1971

2019-11-14T16:14:38+01:00mars 6th, 2011|Mots-clés : |Commentaires fermés sur Je ne suis rien qu’un peu de vie : Eugène Guillevic
Aller en haut