COMME C'EST BEAU!
POÉSIE ET ECOLOGIE

Je vous montre le dernier homme : Frédéric Nieztsche

Il faut porter en soi un chaos pour mettre au monde une étoile….

Nietzsche nous montre ici ce qui risque d’arriver à l’homme trop civilisé sur une terre devenue trop petite

Un très bel extrait du prologue d’Ainsi parlait Zarathoustra dit ici par Michael Lonsdale

lonsdale dernier homme (7 téléchargements)
2019-11-02T15:38:56+01:00octobre 11th, 2013|Mots-clés : , |0 commentaire

Etre un ermite sans manières : Hermann Hesse

Dans “Le loup des steppes” , publié en 1927, Hermann Hesse ( 1867-1962 ) se demande comment ne pas devenir un loup des steppes, et un ermite sans manières, dans un monde dont il ne partage aucune des aspirations.

Il rejette la civilisation bourgeoise et matérialiste de l’époque, dont on ne peut pas dire qu’elle se soit vraiment améliorée depuis, dans laquelle il se sent parfaitement étranger : “…si la majorité a raison…si ces êtres américanisés représentent le bien, alors je suis dans l’erreur, je suis fou…”

En voici un extrait, dit par Guillaume Galienne dans son émission “Ca peut pas faire de mal” sur France Inter le 24-08-11

hesse-loup.mp3 (185 téléchargements)
2019-11-03T16:15:09+01:00septembre 5th, 2011|Mots-clés : , |0 commentaire

Devenir de plus en plus humain : Malcolm de Chazal

Malcolm de Chazal, le grand poète mauricien, ne prenait pas de gants pour dire ce qu’il pensait, combien il détestait les mauriciens ses compatriotes, et combien il lui était difficile de “plaire aux autres”…

“Je suis venu sur terre pour devenir ce que je suis”, aimait-il à répéter, c’est à dire pour devenir “humain” : “moi je progresse en devenant de plus en plus humain. Eux ils progressent en devenant de grands hommes, de grands généraux, de grands êtres, c’est à dire qu’ils progressent vers des complexes de superiorité dans l’abstrait”…

Voici un court extrait de ce message aux humains, tiré du CD “Les grandes voix du Sud” de Frémeaux et associés :

devenir plus humain (3 téléchargements)
2019-11-13T20:42:29+01:00mai 26th, 2010|Mots-clés : , |Commentaires fermés sur Devenir de plus en plus humain : Malcolm de Chazal

Prendre soin des petites choses : Imane de Genève

Il y a à Genève, derrière la gare, un lieu d’habitat communautaire, un ancien squat devenu plutôt “comme il faut”, l’ilôt 13, où pourtant encore bien des expériences alternatives sont menées.

Par exemple celles d’Imane, qui – entre autres nombreuses et créatives activités – avait décidé d’acclimater dans la grande cour de l’ilôt, sorte de vaste terrain vague, quelques modestes plantes sauvages poussant ça et là, à la va comme je te pousse, des lichens, des champignons, et quelques vers de terre…tout un petit écosystème.

Activité bien féminine et bien innocente direz-vous…et pourtant quelques fanatiques locaux de la propreté n’ont pas hésité à faire justice eux-mêmes et à mener des expéditions de destruction de ces modestes représentants de la nature sauvage, ne supportant pas cette “vermine”, et lui préférant quelques tristes plantes décoratives achetées en jardinerie, du genre hybride F1.

La nature sauvage et la liberté font toujours tellement peur aux hommes…

Voici un court extrait du témoignage d’Imane, diffusé dans l’émission Terre à terre de France Culture le 1er Mai 2010 :

prendre soin des petites choses (88 téléchargements)
2019-11-13T21:25:18+01:00mai 1st, 2010|Mots-clés : , , |Commentaires fermés sur Prendre soin des petites choses : Imane de Genève

Grandeur du silence : la mort du loup d’A. de Vigny

La Mort du Loup, poéme on ne peut plus connu d’Alfred de Vigny écrit en 1838, certes exhalte la beauté et le courage de l’animal sauvage…

Mais par contraste il dit aussi la servilité de l’animal domestique, qui sert l’homme “pour avoir le coucher”, et la lâcheté de l’homme qui pleure, prie, gémit, et ne sait rester comme le loup, silencieux au moment de “la grande épreuve”…

En voici un extrait, dit par Gérard Philippe :

grandeur du silence (140 téléchargements)
2019-11-14T17:32:58+01:00mars 31st, 2010|Mots-clés : , |Commentaires fermés sur Grandeur du silence : la mort du loup d’A. de Vigny

Les derniers hommes libres…

En 1970 J.M.G. Le Clézio a accepté une série d’entretiens sur France Culture avec Pierre Lhoste. Dans l’un de ces entretiens – intitulé “les derniers hommes libres” – il parle de ces indiens avec lesquels il a vécu au Panama, qui sont libres et heureux bien loin des valeurs de notre “civilisation”, sans hiérachies sociales, intellectuelles, sans religion…

Ils ne savent que ce qui est nécessaire à leur survie dans la jungle…

les derniers hommes libres (93 téléchargements)
2019-11-14T18:10:43+01:00mars 4th, 2010|Mots-clés : , |Commentaires fermés sur Les derniers hommes libres…

l’amour de la forêt : Oncle Vania de Tchekhov

Né en 1860, médecin et écrivain, Tchekhov s’intéressait aux arbres, à la protection de la nature, adorait aller à la campagne où il cultivait un potager avec sa soeur.

A propos des arbres, il ne comprenait pas l’acharnement des hommes à les abattre inutilement. Cela transparait notamment dans sa pièce “Le Sauvage”, qui préfigure “Oncle Vania”, où ce thème est d’ailleurs repris dans les propos d’Astrov, le médecin.

Mais, comme le fait remarque l’auteure du blog “l’or des livres”, il ne faut pas s’y tromper : “dépassant une préoccupation écologiste surprenante de modernité, le thème de la forêt n’est qu’une métaphore de l’humanité. Le Sauvage lutte contre la tendance auto-destructrice de l’homme qui abat les arbres nécessaires à sa survie future. Il aime les forêts et utilise «sa force créatrice» pour les sauver de la hache et planter des bois de ses propres mains. Et il puise la foi pour entreprendre ce travail gigantesque, semblant voué à l’échec, dans cette «petite lumière» aperçue au loin : l’amour, la récompense «de celui qui travaille, qui lutte, qui souffre».

Voici un extrait d’Oncle Vania où ce thème est abordé ( lecture proposée par Guillaume Gallienne dans l’émission de France Inter “Ca peut pas faire de mal”du 20 février 2010 )

l'amour de la forêt (62 téléchargements)
2019-11-16T17:54:37+01:00février 21st, 2010|Mots-clés : , |Commentaires fermés sur l’amour de la forêt : Oncle Vania de Tchekhov

Nostalgie de la sauvagerie : Aldo Leopold

Aldo Léopold fût entre autres forestier au Nouveau Mexique et professeur à l’Université du Wisconsin. Mais ce fût surtout un incomparable amoureux de la nature sauvage et l’un des”pères” de l’écologie. Son “Almanach du Comté des sables” est une pure merveille, qui nous renvoie à H.D.Thoreau, pour qui “le salut du monde passe par l’état sauvage”…

Cet ouvrage fût publié pour la première fois en 1949 ( on pourra se reporter par exemple à la réédition de mars 2000 chez Flammarion ). Voici ce qu’en dit JMG Le Clézio dans la préface de cette édition : “le regard prophétique qu’Aldo Leopold a porté sur notre monde contemporain n’a rien perdu de son acuité, et la semence des mots promet encore la magie des moissons futures. Voilà un livre qui nous fait le plus grand bien” et un peu plus loin : “le pouvoir de ce livre n’est pas seulement dans les idées. Il est avant tout dans la beauté de la langue, dans les images qu’il fait apparaître, dans la fraîcheur des sensations…il parle de la danse magique des bécasses dans l’amphithéatre des marécages, de l’ivresse du vent, du langage des arbres et de leur mémoire…”

nostalgie de la sauvagerie (3 téléchargements)
2019-11-16T18:35:58+01:00janvier 24th, 2010|Mots-clés : , |Commentaires fermés sur Nostalgie de la sauvagerie : Aldo Leopold