COMME C'EST BEAU!
POÉSIE ET ECOLOGIE

Le long prêchi-prêcha du Figaro : Louis-Ferdinand Céline

Dans ce savoureux entretien de 1960 avec deux étudiants ( rediffusé sur France Culture dans l’émission “A voix nue”du 17 février 2011 ) Louis-Ferdinand Céline crie toute sa rage contre les intellectuels et autres donneurs de leçons, en particulier ceux qui s’expriment dans Le Figaro, qu’il trouve “emmerdants à crever”…

C’est sans doute son côté “anar de droite”…Car, selon Wikipedia, “au fondement de l’anarchisme de droite, on trouve en premier lieu une critique assez violente contre le pouvoir d’une minorité d’intellectuels…C’est là que réside, selon les anarchistes de droite, le fondement du pouvoir politique et, par extension, de la tyrannie politique. Selon eux, les intellectuels ne seraient pas une force de résistance contre le pouvoir politique; au mieux, ils n’auraient aucun impact sur lui, au pire, ils le renforceraient et recevraient des classes dominantes leur récompense”

En voici un extrait :

2019-11-06T21:17:46+01:00février 18th, 2011|Mots-clés : |Commentaires fermés sur Le long prêchi-prêcha du Figaro : Louis-Ferdinand Céline

La civilisation occidentale s’autodétruira : Gandhi ( suite )

Voici encore un extrait du petit livre de Gandhi “Leur civilisation et notre délivrance”, publié en français chez Denoel en 1957.

Il est question cette fois-ci des rôles respectifs de la force des armes et de la force de l’âme, force de vérité et force d’amour, comme fondements de l’ordre et de la stabilité du monde.

Et donc de relativiser le rôle des guerres et des faits et gestes des rois, relatés par l’histoire officielle, dans l’ordre du monde. L’histoire n’est ainsi, pour Gandhi, que “la liste des interruptions survenues dans le cours naturel des choses”.

A méditer en ces temps où le pouvoir politique fait des intrusions dans le champ de l’histoire, et où se précise un projet de “Maison de l’histoire de France” centré sur l’histoire des “Grands hommes” et de l’Etat-Nation…. ( ch. XVII pages 24-31 )

2019-11-06T22:02:13+01:00février 16th, 2011|Mots-clés : , |Commentaires fermés sur La civilisation occidentale s’autodétruira : Gandhi ( suite )

La civilisation occidentale s’autodétruira : Gandhi ( suite )

Poursuivant la publication d’extraits du livre de Gandhi “Leur civilisation et notre délivrance”, publié en français chez Denoël en 1957, nous vous proposons d’écouter cette fois ci ce qu’il dit de la médecine, cet autre pilier de la civilisation occidentale.

De quoi méditer, en ces temps où les “coupe-faim” font la une des journaux… ( ch. XII pages 8-10 )

2019-11-06T22:16:14+01:00janvier 31st, 2011|Mots-clés : , , |Commentaires fermés sur La civilisation occidentale s’autodétruira : Gandhi ( suite )

La civilisation occidentale s’autodétruira : Gandhi

En 1910 Gandhi publia un pamphlet contre la civilisation occidentale, qui constitue en même temps un vibrant hommage à la civilisation indienne – “Leur civilisation et notre délivrance” – ouvrage traduit en français chez Denoël en 1957. Pour lui “cette civilisation est telle que l’on a juste à être patient et elle s’autodétruira”

Apôtre de la résistance passive ( satyagraha ) et de la non-violence ( ahimsa ), sa vision de la vie et sa philosophie sont plus que jamais d’actualité, et nous allons donc lui consacrer quelques “messages” de ce blog.

Et tout d’abord voyons ce qu’il dit dans cet ouvrage des avocats, dont on voit beaucoup de représentants ces temps-ci dans les hautes sphères de l’Etat…( ch. XI pages 5-8 )

2019-11-06T22:19:26+01:00janvier 28th, 2011|Mots-clés : , , |Commentaires fermés sur La civilisation occidentale s’autodétruira : Gandhi

de la nécessité de s’indigner : Stéphane Hessel

Stéphane Hessel vient de publier un petit livre "Indignez-vous"qui rencontre un fort succès en librairie.

Il faut dire qu’en matière de résistance il sait de quoi il parle : arrêté en août 44 il est déporté en Allemagne. Détenu au bloc 17 à Buchenwald, il échappe à la mort en prenant une fausse identité, puis il transite par le camp de Schönebeck où il échappe à la pendaison. A la suite d’une tentative d’évasion il est transféré au camp de Dora où il échappe une nouvelle fois à la pendaison, saute enfin du train qui le transfère à Bergen-Belsen pour rejoindre les troupes américaines à Hanovre…

C’est pourquoi les “voeux” ci-dessous, qu’il a enregistrés à l’intiative de Mediapart, s’ils ont un aspect satirique amusant, sont cependant à prendre très au sérieux…L’heure est grave !!

2019-11-06T22:47:32+01:00janvier 12th, 2011|Mots-clés : |Commentaires fermés sur de la nécessité de s’indigner : Stéphane Hessel

Nous plions sans combattre : Mikhaïl Lermontov

Mikhaïl Lermontov, poète russe mort en duel en 1841 à 27 ans, eut quelques problèmes avec l’impitoyable tsar Nicolas 1er, qu’il osa critiquer pour sa politique d’extrême conservatisme et de retour à la réaction…

On dit d’ailleurs que le tsar, apprenant sa mort, murmura plaisamment “A un chien une mort de chien”, ce chien qu’il envoya faire la guerre dans le Caucase, mais qui écrivait néanmoins : « Oui, j’aime ma patrie, mais je l’aime d’un amour qui m’est propre, et que tous les arguments de la raison essaieraient en vain de modifier. J’ai beau faire, je ne puis m’enthousiasmer pour la barbarie, ni pour celle d’aujourd’hui, ni pour celle des temps passés. Je n’aime pas la gloire achetée par la violence, je n’aime pas l’arrogance appuyée sur les baïonnettes ; mais j’aime, sans savoir pourquoi, le silence et la solitude des steppes, j’aime le bruissement des forêts pendant la nuit et le murmure sans fin des torrents, quand un souffle printanier fait fondre les glaces. J’aime à chasser dans les plaines désertes, à pousser mon cheval au hasard et à chercher mon chemin dans la nuit. J’aime aussi dans nos villages l’aire chargée de grains, les toits couverts de chaume, la ferme aux fenêtres sculptées, et le dimanche, quand les paysans ivres se mettent à danser dans la taverne, j’aime à les voir oublier dans le bruit et la joie toutes les tristes misères de la semaine. »

Ce résistant n’écrivait-il pas encore : “Nous plions sans combattre, indifférents au mal comme au bien” dans ce poème intitulé “Ma génération m’attriste et me dégoute”, lu par Félicien Juttner sur France Culture le 29 décembre 2010.

2019-11-07T16:34:47+01:00janvier 1st, 2011|Mots-clés : |Commentaires fermés sur Nous plions sans combattre : Mikhaïl Lermontov
Aller en haut