COMME C'EST BEAU!
POÉSIE ET ECOLOGIE

Nous sommes le peuple de la terre : Jean-François Bernardini

Jean-François Bernardini lors d’Alternatiba à Bayonne le 6 octobre 2013 Un vibrant hommage à Stéphane Hessel et un rappel que tous les êtres vivants sont unis sur la terre

Jean-François Bernardini est le leader du groupe de polyphonies corses “I Muvrini”, mot qui signifie “mouflon”, un animal qui ressemble beaucoup à JF Bernardini : libre et pacifique….

2019-10-22T16:13:49+02:00octobre 8th, 2013|0 commentaire

Je refuse de souscrire à l’opinion courante : Henry Miller

Henry Miller ( 1891-1980 ) fut l’un des écrivains américains qui influencèrent la “Beat generation” ( Kerouac, Ginsberg, Ferlinghetti, etc ). Il était révolté par l’hypocrisie morale et le puritanisme de l’Amérique, et voulait écrire simplement  “the things which are!”, ce qui était, réellement.

Il était profondément contre la violence et le meurtre organisé de la guerre, parce qu’il pensait que sa destinée était liée “à celle de n’importe quelle créature vivante qui habite cette planète….et même qui sait à celle des habitants d’autres planètes”.

Voici un extrait de la nouvelle “Réunion à Brooklyn”, qui fait partie du livre “Max et les phagocytes” ( publié en 1938 ), dit par Jacques Doyen dans son disque “Récital de poésie” édité par l’ORTF.

miller-doyen.mp3 (201 téléchargements)
2019-11-02T20:49:01+01:00octobre 14th, 2011|Mots-clés : , , |0 commentaire

Garder intacte sa faiblesse : Henri Michaux

Henri Michaux, poète belge né à Namur ( 1899-1984 ), a écrit vers la fin de sa vie un petit livre essentiel où se résume sa pensée : “Poteaux d’angle”, publié en France par les Editions de l’Herne en 1971.

“De par sa concision, la récurrence organisée de ses motifs et le thème de ses maximes (centrées sur la force du libre arbitre chez l’individu, et l’existence prise comme une suite de choix individuels et volontaires), il est considéré, par Michaux comme par ses lecteurs, comme une de ses œuvres les plus importantes”…( Wikipedia ).

Il y est question de désapprendre, d’oublier, de se méfier de ceux qui ont l’intention de vous mettre quelque chose dans la tête, et de “garder intacte sa faiblesse”, pour pouvoir enfin être soi.

En voici un court extrait publié dans l’émission ” Poème du jour” de France Culture du 14-06-2011

Michaux-recommend-160.mp3 (171 téléchargements)
2019-11-03T15:53:56+01:00septembre 16th, 2011|Mots-clés : , |3 Commentaires

Etre un ermite sans manières : Hermann Hesse

Dans “Le loup des steppes” , publié en 1927, Hermann Hesse ( 1867-1962 ) se demande comment ne pas devenir un loup des steppes, et un ermite sans manières, dans un monde dont il ne partage aucune des aspirations.

Il rejette la civilisation bourgeoise et matérialiste de l’époque, dont on ne peut pas dire qu’elle se soit vraiment améliorée depuis, dans laquelle il se sent parfaitement étranger : “…si la majorité a raison…si ces êtres américanisés représentent le bien, alors je suis dans l’erreur, je suis fou…”

En voici un extrait, dit par Guillaume Galienne dans son émission “Ca peut pas faire de mal” sur France Inter le 24-08-11

hesse-loup.mp3 (185 téléchargements)
2019-11-03T16:15:09+01:00septembre 5th, 2011|Mots-clés : , |0 commentaire

Ceux qui sont morts pour rien : Pierre Seghers

“Les mains des soldats morts forent les puits de l’or liquide” : dans ce réquisitoire contre les guerres faites au nom du profit des multinationales, Pierre Seghers, qui considéra toujours la poésie comme une arme de résistance, parle des soldats morts lors de la guerre pour le pétrole qu’ont menée les britanniques en Irak en Avril 1941.

Merci les anglais….

Texte lu par Laurent Terzieff. Extrait du disque de poèmes de Pierre Seghers paru aux Editions Seghers-Vega

Seghers - par Laurent Terzieff (24 téléchargements)
2019-11-03T17:28:42+01:00août 11th, 2011|Mots-clés : , |1 Comment

Vive le développement durable !! Duval MC

Duval MC le rappeur engagé écolo avait forcément sa place dans ce blog, même si tout le monde ne dira pas de ses créations :"comme c'est beau !!"...

Voici en effet ce que dit de lui Rachida Brahim :
“Ami entre autres de Survie, de Sortir du nucléaire et des Désobéissants, ses textes évoquent les troubles de la mémoire nationale, la pollution, le capitalisme débridé et les inégalités en tout genre. Duval MC était de ceux qui ont récemment accueilli la Marche des sans papiers à Marseille, on l’a vu se produire aux manifestations anti-nucléaire, au contre-sommet de l’OTAN à Strasbourg, aux meetings du NPA, de la LCR ou d’Europe Ecologie. Les états de services d’un rappeur engagé, à l’échelle politique et universelle, et ça marche : « ce qui est marrant, c’est que finalement au meeting d’Europe Ecologie où j’ai été invité par Marie Bové, c’est moi qui ai eu le plus long temps de parole ». Blague à part, ce qui semble lui tenir à cœur c’est de faire passer des messages qui permettent d’alerter les gens et d’éveiller les consciences face à « tout un système qui mérite un grand coup de pe-pom » explique Duval MC en citant ses collègues du Ministère des Affaires Populaires…”

2019-11-05T17:10:35+01:00juin 1st, 2011|Mots-clés : |Commentaires fermés sur Vive le développement durable !! Duval MC

Je ne suis pas sur terre pour tuer des pauvres gens : Boris Vian

Dans ce poème archi connu de Boris Vian – Le Déserteur – chanté ici par Serge Reggiani ( Disques Jacques Canetti – 1964 ), il était déja question de non-violence et de désobéissance civile…

Et ce que tout le monde ne sait pas c’est que cette chanson, dès qu’elle fut enregistrée, fut interdite de diffusion à la radio et interdite à la vente.

Il y eût même un député, Paul Faber, pour prétendre qu’il s’agissait là d’une insulte aux anciens combattants, et Boris Vian écrivit à ce député une longue et belle lettre, dont voici un extrait :

“Croyez-moi….”ancien combattant”, c’est un mot dangereux; on ne devrait pas se vanter d’avoir fait la guerre, on devrait le regretter – un ancien combattant est mieux placé que quiconque pour haïr la guerre. Presque tous les déserteurs sont des “anciens combattants” qui n’ont pas eu la force d’aller jusqu’à la fin du combat. Et qui leur jettera la pierre ? Non…si ma chanson peut déplaire ce n’est pas à un ancien combattant, cher Monsieur Faber. Cela ne peut être qu’à une certaine catégorie de militaires de carrière ; jusqu’à nouvel ordre je considère l’ancien combattant comme un civil heureux de l’être. Il est des militaires de carrière qui considèrent la guerre comme un fléau inévitable et s’efforcent de l’abréger. Ils ont tort d’être militaires, car c’est se déclarer découragé d’avance et admettre que l’on ne peut prévenir ce fléau -mais ces militaires là sont des hommes honnêtes. Bêtes mais honnêtes. Et ceux-là non plus n’ont pas pu se sentir visés. Sachez le certains m’ont félicité de cette chanson. Malheureusement il en est d’autres. Et ceux-là, si je les ai choqués, j’en suis ravi. C’est bien leur tour. Oui, cher Monsieur Faber, figurez-vous, certains militaires de carrière considèrent que la guerre n’a d’autre but que de tuer les gens. Le général Bradley par exemple, dont j’ai traduit les mémoires de guerre, le dit en toutes lettres. Entre nous, les neuf dixièmes des gens ont des idées fausses sur ce type de militaire de carrière. L’histoire telle qu’on l’enseigne est rempli du récit de leurs inutiles exploits et de leurs démolitions barbares…”

[Téléchargement introuvable]
2019-11-05T17:17:02+01:00mai 31st, 2011|Mots-clés : , |Commentaires fermés sur Je ne suis pas sur terre pour tuer des pauvres gens : Boris Vian

comment pouvons-nous supprimer l’inégalité ? la réponse de Krishnamurti

Krishnamurti a souvent abordé le thème de l’égalité et de l’inégalité, et s’est posé la question de la manière de parvenir à supprimer cette dernière.

Nos politiciens et nos philosophes, souvent prolixes sur ce thème, et toujours porteurs de quelque nouveau système social ou économique pour y parvenir, feraient bien d’écouter son message, résumé dans cet extrait des conférences qu’il a données à Madras et à Bénarès en 1947-1949…

Supprimer l'inégalité (108 téléchargements)
2019-11-05T18:30:16+01:00avril 1st, 2011|Mots-clés : , |Commentaires fermés sur comment pouvons-nous supprimer l’inégalité ? la réponse de Krishnamurti

J’ai tellement marché, tellement parlé : dernier poème de Robert Desnos

Robert Desnos, né en 1900, mourut en 1945, épuisé par son séjour au camp de Theresienstadt en Tchécoslovaquie.

Il fut un grand résistant, engagé très tôt dans la lutte contre le nazisme. Voici ce qu’a dit Paul Eluard à son propos, lors de la remise de ses cendres en octobre 1945 :

“Jusqu’à la mort, Desnos a lutté. Tout au long de ses poèmes l’idée de liberté court comme un feu terrible, le mot de liberté claque comme un drapeau parmi les images les plus neuves, les plus violentes aussi. La poésie de Desnos, c’est la poésie du courage. Il a toutes les audaces possibles de pensée et d’expression. Il va vers l’amour, vers la vie, vers la mort sans jamais douter…”

Ce poème, dit par Laurent Terzieff dans “l’Anthologie de la poésie française contemporaine”, publié en 1971 par les Disques du Cavalier, aurait été retrouvé sur lui par les partisans tchèques dans le camp de Theresienstadt.

J'ai tellement marché (124 téléchargements)
2019-11-06T20:51:51+01:00mars 14th, 2011|Mots-clés : |Commentaires fermés sur J’ai tellement marché, tellement parlé : dernier poème de Robert Desnos

Rien n’est plus urgent que la vie : Jean-Pierre Rosnay

Jean-Pierre Rosnay, le fondateur du célèbre “Club des poètes”, né en 1926 et mort en 2009, poète lui-même, fut aussi un grand résistant, surnommé “Bébé” dans les maquis, car il s’engagea dans la lutte dès 15 ans.

Mais il prit ses distances ensuite avec la violence des hommes : “je me suis guéri de vous” disait-il, car “je sais que vous vous tuerez tous jusqu’au dernier”

Et c’est dans la poésie qu’il trouva une autre forme de résistance…

Voici son “épitaphe”, chantée par Benoit Dayrat au Club des Poètes.

Rien n'est plus urgent que la vie (103 téléchargements)
2019-11-06T20:59:48+01:00février 26th, 2011|Mots-clés : |Commentaires fermés sur Rien n’est plus urgent que la vie : Jean-Pierre Rosnay