COMME C'EST BEAU!
POÉSIE ET ECOLOGIE

Satprem : retrouver cette harmonie totale avec le monde

Satprem a vécu un an dans la forêt vierge de Guyane. Et là il a trouvé une sorte de réponse aux questions qu’il se posait :satprem

“j’ai connu la vie telle qu’on pouvait la connaître au temps des grands primates….et c’était merveilleux de retrouver cette harmonie totale avec le monde”…..

Dans l’extrait audio ci-dessous ( émission Radioscopie de Jacques Chancel du 04/07/1977 sur France Inter ) Satprem nous parle de cette harmonie qu’il a longtemps cherchée avant de trouver la réponse auprès de Mère à Auroville

satprem.mp3 (235 téléchargements)
2019-10-24T22:21:06+02:00janvier 9th, 2014|Mots-clés : , |0 commentaire

Savoir qu’on ne sait pas, c’est l’excellence : Tao Te King

Dans la vision taoïste du monde, “les belles paroles ne sont pas sincères” et “la sagesse n’est pas dans l’érudition”…

Nous continuons ici la publication d’extraits du Tao Te king, cette fois-ci sur la relativité de tout savoir et de toute parole péremptoire.

Bien entendu, toute ressemblance avec certains “philosophes” à la mode serait purement fortuite…

Extrait de l’émission “Tout un Monde” du 29 novembre 2011 sur France Culture ( texte du Tao Te King traduit par Jean Lévi et dit par Alexandra Fournier ).

TaoTeKing-2.mp3 (315 téléchargements)
2019-11-01T15:53:35+01:00décembre 14th, 2011|Mots-clés : , |0 commentaire

Garder intacte sa faiblesse : Henri Michaux

Henri Michaux, poète belge né à Namur ( 1899-1984 ), a écrit vers la fin de sa vie un petit livre essentiel où se résume sa pensée : “Poteaux d’angle”, publié en France par les Editions de l’Herne en 1971.

“De par sa concision, la récurrence organisée de ses motifs et le thème de ses maximes (centrées sur la force du libre arbitre chez l’individu, et l’existence prise comme une suite de choix individuels et volontaires), il est considéré, par Michaux comme par ses lecteurs, comme une de ses œuvres les plus importantes”…( Wikipedia ).

Il y est question de désapprendre, d’oublier, de se méfier de ceux qui ont l’intention de vous mettre quelque chose dans la tête, et de “garder intacte sa faiblesse”, pour pouvoir enfin être soi.

En voici un court extrait publié dans l’émission ” Poème du jour” de France Culture du 14-06-2011

Michaux-recommend-160.mp3 (171 téléchargements)
2019-11-03T15:53:56+01:00septembre 16th, 2011|Mots-clés : , |3 Commentaires

Pour les poètes toute la vie est amour : Hermann Hesse

Nous continuons avec Hermann Hesse, cette fois-ci avec “Narcisse et Goldmund”, un ouvrage paru en 1930 où “Hermann Hesse réconcilie à sa manière un dualisme strict entre l’esprit et la matière, entre l’animalité de l’homme et sa spiritualité” ( Wikipedia ).

Mais il s’agit aussi d’une critique de l’intellectualisme et de la raison pure – “nous autres hommes d’intellect…nous ne vivons pas dans l’intégrité de l’être…” au risque “d’étouffer dans le vide” – et d’une exaltation du rôle de la poésie, car les poètes sont ceux pour qui “toute la vie est amour”

Voici donc un nouvel extrait, dit par Guillaume Galienne dans son émission “Ca peut pas faire de mal” sur France Inter le 24-08-11

hesse-narcisse.mp3 (149 téléchargements)
2019-11-03T15:58:40+01:00septembre 12th, 2011|Mots-clés : , |0 commentaire

Je suis un mystique, mais par le corps seulement : Fernando Pessoa

Alberto Caeiro, l’un des noms sous lequel écrit Fernando Pessoa, le grand poète portugais, nous dit toute l’importance de sentir au lieu de penser, ou plutôt d’avoir des pensées “qui sont toutes des sensations”

Car la pensée raisonneuse, analytique, ne conduit à rien et ne fait que tourner sur elle-même…ainsi que l’écrit Pessoa dans “En Bref” : “seuls ceux qui ne pensent jamais parviennent à une conclusion. Penser c’est hésiter”…

Quand parviendrons-nous donc à retrouver nos sensations, c’est à dire à relier à nouveau avec nos propres corps, et donc avec la Nature ?

Propos illustré par le poème “Je suis un gardeur de troupeau”, dit ici par Christian Gonon de la Comédie Française, dans l’émission “Le poème du jour” de France Culture du 29/06/2011…

pessoa-gonon (5 téléchargements)
2019-11-03T18:40:59+01:00juillet 5th, 2011|Mots-clés : |Commentaires fermés sur Je suis un mystique, mais par le corps seulement : Fernando Pessoa

Etablir une relation profonde avec la nature : les carnets de Krishnamurti

Nous poursuivons les extraits des Carnets de Krishnamurti ( publiés aux Editions du Rocher ), où c’est la relation à la nature qui conduit à la méditation. Ici – le 12 octobre dans la grande beauté de la Toscane – c’est “du silence…que survient la méditation”, et celle ci abolit le temps, “ne laissant aucune trace du passé”

relation profonde avec la nature (139 téléchargements)
2019-11-05T17:44:12+01:00mai 15th, 2011|Mots-clés : , , |Commentaires fermés sur Etablir une relation profonde avec la nature : les carnets de Krishnamurti

Le parfum du temps présent : Teofilo Chantre

Teofilo Chantre, artiste capverdien, nous invite dans cette chanson – diffusée sur RFI dans l’émission “En Sol Majeur” du 2 mai 2011 – à goûter “le parfum du temps présent”, sur des paroles de Marc Estève.

Il y est question de préférer l’ici à l’ailleurs, et de goûter l’instant présent “sans penser à demain, ni rien”….

le parfum du temps présent (84 téléchargements)
2019-11-05T18:01:32+01:00mai 3rd, 2011|Mots-clés : , |Commentaires fermés sur Le parfum du temps présent : Teofilo Chantre

Etablir une relation profonde avec la nature : les Carnets de Krishnamurti ( suite )

Nous poursuivons donc les extraits annoncés des Carnets de Krishnamurti, où la relation à la nature induit la méditation. Ici c’est “le sentiment d’immensité presque insupportable”, la calme majestueux de la nature environnante, qui entraîne l’auteur à rejeter l’imagination et la fantaisie au profit de la Réalité elle-même.

Et c’est le calme d’un cerveau “devenu très tranquille, sans interpréter ni classifier” qui conduit à la félicité…

relation profonde avec la nature (98 téléchargements)
2019-11-05T18:12:11+01:00avril 28th, 2011|Mots-clés : , , |Commentaires fermés sur Etablir une relation profonde avec la nature : les Carnets de Krishnamurti ( suite )

Etablir une relation profonde avec la nature : les Carnets de Krishnamurti

La relation à la nature est la source de la guérison, et la voie de la transformation de l’homme. Nous allons mettre en ligne plusieurs extraits du journal de Krishnamurti sur ce thème, tellement il nous semble important.

Juste un mot d’explication préalable.

Krishnamurti a écrit dans son dernier journal : « Si nous pouvions établir une relation profonde et durable avec la nature, nous ne tuerions jamais d’animaux pour nous nourrir, nous ne ferions jamais de mal aux singes, aux chiens ou aux cochons d’Inde en pratiquant la vivisection dans notre seul intérêt. Nous trouverions d’autres moyens de soigner nos blessures et de guérir nos maladies. Mais la guérison de l’esprit est tout autre chose. Cette guérison s’opère peu à peu au contact de la nature, de l’orange sur sa branche, du brin d’herbe qui se fraie un passage dans le ciment, et des collines couvertes, cachées par les nuages. Ce n’est pas le produit d’une imagination sentimentale ou romantique, c’est la réalité de celui qui est en relation avec tous les êtres vivants et animés de la terre. »

Et encore : « Si vous n’êtes pas en relation avec les êtres vivants de la terre, vous risquez de perdre votre rapport à l’humanité, aux êtres humains »…

Mais il faut bien comprendre que ce n’est pas du sentiment commun de la nature – que tout un chacun peut éprouver – dont il est ici question, mais d’un sentiment beaucoup plus profond. Comme il est dit dans l’extrait ci-dessous ( tiré des « Carnets » – Editions du Rocher 1988 ) : « …ces rochers, ces champs, ces minuscules cabanes n’étaient plus là, mais seulement la beauté, l’amour, la destruction et l’immensité de la création… »

relation profonde avec la nature (86 téléchargements)
2019-11-05T18:16:06+01:00avril 24th, 2011|Mots-clés : , , |Commentaires fermés sur Etablir une relation profonde avec la nature : les Carnets de Krishnamurti