COMME C'EST BEAU!
POÉSIE ET ECOLOGIE

Gérard Manset : le rouge gorge est fatigué

manset_gerard_2008©drGérard Manset, grand poète et interprète, nous fait sentir ici l’innocence et l’amour que porte ce petit oiseau fragile qui vole “à mille lieues au-dessus des moulins de la ville”, mais en même temps une tristesse infinie lorsque l’on songe qu’il pourrait cesser de chanter…

G_rard_Manset_-_Rouge-Gorge.mp3 (239 téléchargements)
2019-10-24T21:58:20+02:00février 23rd, 2015|Mots-clés : , , , |2 Commentaires

Que ta vie mon enfant apparaisse comme la flamme d’une Lumière intense et pure : Rabindranath Tagore

Célébration de l’enfance…. sereine intense et pure…et dont le visage donne sens à toutes choses

Un très beau poème de Rabindranath Tagore extrait de son recueil “La Jeune Lune” publié en 1923 à la NRF avec une traduction de Mme Sturge-Moore.

Il est dit ici par Leili Anvar dans l’émission de France Culture “Les racines du ciel” du 10 novembre 2013

tagore-enfance.mp3 (193 téléchargements)
2019-10-27T11:54:46+01:00novembre 11th, 2013|Mots-clés : , |1 Comment

Ce serait là son métier, ne rien faire : Christian Bobin

Dans “La souveraineté du vide”publié aux Editions Fata Morgana, Christian Bobin nous parle de Dieu d’une façon bien inhabituelle, un Dieu ne faisant rien, et qui s’endort partout, un Dieu ignorant, un Dieu faisant des bouquets de fleurs, bien éloigné de la grandeur terrible que lui donnent souvent les religions monothéistes….

Cet extrait est dit ici par Leili Anvar lors de l’émission de Frédéric Lenoir “Les racines du ciel” de France Culture du 29 Juillet 2012

dieu-bobin.mp3 (339 téléchargements)
2019-11-01T15:30:55+01:00juillet 29th, 2012|Mots-clés : , , |0 commentaire

On doit chanter ce que l’on aime : Bourvil

Dans l’opérette “La route fleurie” de Francis Lopez, livret de Raymond Vincy, créée à Lyon en 1952, Bourvil tient le rôle de Raphael, et nous chante ici “Les haricots”, où il est question de “chanter ce que l’on aime” et d’“exhalter tout ce qui est beau”

Cette chanson a donc toute sa place sur le site “Comme c’est beau !”…( extrait d’un disque 45t Pathé Marconi )

bourvil-haricots.mp3 (207 téléchargements)
2019-11-02T20:28:06+01:00novembre 18th, 2011|Mots-clés : , , |0 commentaire

Je sais bien que je suis comme les montagnes : Francis Jammes

Voici encore un poème de Francis Jammes, ce merveilleux poète béarnais dont Pierre Seghers disait : “La simplicité, l’évidence, l’harmonie, l’émotion contenue, l’humour attendri…ce sont là les qualités majeures de la poésie de Francis Jammes”

Dans celui-ci, intitulé “J’allais dans le verger”, Jammes se demande “pourquoi ais-je l’existence que j’aie ?”, et ressent son appartenance profonde à l’ordre naturel, celui de ses montagnes…

Francis Jammes - J'allais dans le verger (4 téléchargements)
2019-11-03T17:34:21+01:00juillet 30th, 2011|Mots-clés : , , |Commentaires fermés sur Je sais bien que je suis comme les montagnes : Francis Jammes

Dieu loge dans les toutes petites choses : Christian Bobin à propos de Ryokan

Dans cette chronique ( émission Initiales du 3 juillet 2011 sur la Radio Suisse Romande ) Christian Bobin nous dit son émerveillement pour les poèmes de Ryokan, cet ermite japonais du XVIIIème siècle – “le moine au coeur d’enfant” – qui nous a laissé de biens jolis poèmes, comme celui-ci par exemple :

Que laisserai-je derrière moi ?
Les fleurs du printemps,
le coucou dans les collines,
et les fleurs de l’automne

“Ryokan ne célébrait aucun rituel et ne dispensait aucun enseignement. Jamais non plus il n’évoque un point de doctrine ou ne fait état d’un quelconque éveil…” ( Wikipedia ). Il s’occupe des petites choses, de son bol disparu, des enfants avec lesquels il joue pendant des heures, pendant que les hommes d’affaires “font leurs additions sous les gravats”…

Dieu loge dans les petites choses (158 téléchargements)
2019-11-03T17:53:12+01:00juillet 20th, 2011|Mots-clés : , , |Commentaires fermés sur Dieu loge dans les toutes petites choses : Christian Bobin à propos de Ryokan

La plénitude du Réel : poésie de Maxence

Il faut parfois être proche de la mort pour ressentir pleinement l’instant présent, gouter la saveur de chaque chose, et vivre intensément la plénitude du réel. Maxence, né en 1929, est de ces poètes qui nous font ressentir cet état intérieur fait de calme, d’« attente sans attention », de « respiration de la lumière » et d’ « innocence révélée ».
C’est cette intensité qui s’exprime ici, dans son poème « l’Heure Plénière »
Les poèmes de Maxence peuvent également être lus et écoutés sur le site http://maxence-poesie.com

La plénitude du Réel (99 téléchargements)
2019-11-06T22:23:38+01:00janvier 22nd, 2011|Mots-clés : , |Commentaires fermés sur La plénitude du Réel : poésie de Maxence

Le retour à l’innocence : L’inconnu sur la terre de JMG Le Clézio ( suite )

L’inconnu sur la terre est un essai de JMG Le Clézio publié en 1978 chez Gallimard.

Cet inconnu est un enfant, assis “au bord des nuages”, qui symbolise le regard que nous pourrions porter sur le monde si nous acceptions de nous débarasser de toutes nos vieilles conceptions, et d’aborder la réalité avec innocence et pureté.

Nous verrions peut-être alors, seulement quelques instants, ce que nous ne connaissons pas, ce qui nous est encore inconnu, mais qui est là depuis toujours…

En voici un 3ème extrait, dit par Vincent Planchon, où nous voyons que “le langage de l’homme n’est jamais satisfaisant” :

Retour à l'innocence (95 téléchargements)
2019-11-07T18:04:00+01:00novembre 16th, 2010|Mots-clés : |Commentaires fermés sur Le retour à l’innocence : L’inconnu sur la terre de JMG Le Clézio ( suite )

Le retour à l’innocence : L’inconnu sur la terre de JMG Le Clézio ( suite )

L’inconnu sur la terre est un essai de JMG Le Clézio publié en 1978 chez Gallimard.

Cet inconnu est un enfant, assis “au bord des nuages”, qui symbolise le regard que nous pourrions porter sur le monde si nous acceptions de nous débarasser de toutes nos vieilles conceptions, et d’aborder la réalité avec innocence et pureté.

Nous verrions peut-être alors, seulement quelques instants, ce que nous ne connaissons pas, ce qui nous est encore inconnu, mais qui est là depuis toujours…

En voici un 2ème extrait, dit par Vincent Planchon.

Retour à l'innocence (78 téléchargements)
2019-11-07T22:16:23+01:00octobre 27th, 2010|Mots-clés : |Commentaires fermés sur Le retour à l’innocence : L’inconnu sur la terre de JMG Le Clézio ( suite )

le retour à l’innocence : L’inconnu sur la terre de JMG Le Clézio

L’inconnu sur la terre est un essai de JMG Le Clézio publié en 1978 chez Gallimard.

Cet inconnu est un enfant, assis “au bord des nuages”, qui symbolise le regard que nous pourrions porter sur le monde si nous acceptions de nous débarasser de toutes nos vieilles conceptions, et d’aborder la réalité avec innocence et pureté.

Nous verrions peut-être alors, seulement quelques instants, ce que nous ne connaissons pas, ce qui nous est encore inconnu, mais qui est là depuis toujours…

En voici un extrait, dit par Vincent Planchon.

Retour à l'innocence (75 téléchargements)
2019-11-08T18:21:50+01:00octobre 10th, 2010|Mots-clés : |Commentaires fermés sur le retour à l’innocence : L’inconnu sur la terre de JMG Le Clézio