Alain Cuny avait une extraordinaire passion pour Claudel, et était sans nul doute son meilleur interprète : ne disait-il pas “sans cesse 220px-Alain_Cuny-130822-0001FPClaudel me renvoie à moi-même” ?

Dans cet extrait de la 4ème Ode de Claudel, “La muse qui est la grâce“, dite par Alain Cuny, il est question de cette tension entre l’Art et la Mystique, entre la Terre et le Ciel, qui a longtemps été un problème pour Claudel, mais qu’il a fini par surmonter : “je fus sauvé quand j’ai compris que l’art et la religion ne doivent pas être en nous posés en antagonistes“.

Et en effet n’est-ce pas d’abord dans le terrestre, dans la nature, que l’on peut toucher le spirituel ?

Cuny-Claudel-la_muse-qui-est-la-grace.mp3 (168 téléchargements)