Nous continuons avec Hermann Hesse, cette fois-ci avec « Narcisse et Goldmund », un ouvrage paru en 1930 où « Hermann Hesse réconcilie à sa manière un dualisme strict entre l’esprit et la matière, entre l’animalité de l’homme et sa spiritualité » ( Wikipedia ).

Mais il s’agit aussi d’une critique de l’intellectualisme et de la raison pure – « nous autres hommes d’intellect…nous ne vivons pas dans l’intégrité de l’être… » au risque « d’étouffer dans le vide » – et d’une exaltation du rôle de la poésie, car les poètes sont ceux pour qui « toute la vie est amour »

Voici donc un nouvel extrait, dit par Guillaume Galienne dans son émission “Ca peut pas faire de mal” sur France Inter le 24-08-11

close

Inscrivez-vous pour être informés des nouveaux articles