rilke

Dans ces temps de patriarcat finissant, où les agresseurs des femmes sont encore considérés comme des victimes de leur ruse aguicheuse, et où les femmes n’osent pas aller porter plainte devant des policiers rigolards et incrédules, il est peut-être temps pour les hommes de se confronter à leur propre ombre…

“Peut-être pourrions nous essayer de nous développer un peu” disait déja Rilke en 1929, dans ce vibrant hommage à la femme tiré des “Cahiers de Malte Laurids Brigge”( Editions du Seuil 1966 pour la traduction française ) … puisque “durant des siècles elles ont accompli tout l’amour, elles ont joué les deux parties du dialogue”. Car c’est bien d’amour qu’il s’agit, de cet amour si souvent absent de la sexualité masculine…

Et en effet “Notre tour n’est-il pas venu de nous transformer” ?

notre tour n'es-il pas venu de nous transformer (146 téléchargements)