Rainer Maria Rilke, poète né à Prague en 1875, séjourna quelque temps dans le chateau de Duino au bord de l’Adriatique, où il composa les “Elégies de Duino”, sans doute son chef d’oeuvre.

Nous avions déjà mis en ligne un extrait de la 8ème élégie. En voici un autre, où Rilke compare le bonheur « de la petite créature », qui demeure toujours reliée à toutes choses, à l’incapacité de l’homme à relier vraiment, car toujours spectateur, et « à chaque pas prenant congé »

Ce passage de la 8ème élégie, lu par Sophie Gueydon, est extrait de la traduction de Philippe Jacottet, parue aux Editions La Dogana en 2008.

Ainsi vivons-nous (115 téléchargements)