Oscar V. de Milosz, poéte, écrivain, diplomate, né en 1877 en Lituanie, mort en 1939, avait aussi, comme il l’a dit lui-même, “visité les deux mondes”, celui de la lumière et celui des ténèbres…

Inspiré, visionnaire, mystique….et amoureux fou des oiseaux : on raconte qu’il sifflait parfois un air de Wagner, et qu’aussitôt tous les oiseaux arrivaient et se posaient sur ses épaules. Et qu’on le voyait alors marcher tout seul dans la forêt accompagné de centaines d’oiseaux de toutes les espèces…

Un jour il se mit à “voir”, à voir qu’au delà des apparences sensibles il y avait “la source des lumières et des formes”. Qu’il y avait autre chose que “ce monde où l’opération de la pensée est unique et sans fin, partant du doute pour aboutir au rien”, autre chose que “la hideuse mélancolie de l’espace et du temps”

C’est à cette méditation qu’il nous invite dans le “Cantique de la Connaissance”, dont voici un extrait, dit par Vincent Planchon ( sur le site audiocite.net ) :

la hideuse mélancolie (64 téléchargements)
close

Inscrivez-vous pour être informés des nouveaux articles