“Ainsi parlait Zarathoustra”, l’ouvrage magistral de Frédéric Nietzsche qui résume et synthétise sa pensée, porte un espoir, celui d’un nouvel avenir pour l’homme.
Cet espoir passe par la fidélité à la Terre, à la Vie, au corps, nécessaires pour ne pas s’égarer, pour se détacher des erreurs et ignorances du passé.
Il passe aussi par la métamorphose du regard, qui doit rejoindre le regard de l’enfant : “innocence et oubli, commencement nouveau, jeu, roue qui se meut elle-même, premier mobile, affirmation saine”.
Il passe enfin par l’évacuation du superflu et surtout des superflus, qui semble d’une surprenante actualité :

Voyez donc ces superflus ! ils veulent les oeuvres des inventeurs et les trésors des sages : ils appellent leur vol civilisation – et tout leur devient maladie et revers !
Voyez donc ces superflus ! ils sont toujours malades, ils rendent leur bile et appellent cela des journaux. Ils se dévorent et ne peuvent même pas se digérer!
Voyez donc ces superflus ! ils acquièrent des richesses et en deviennent plus pauvres. Ils veulent la puissance et avant tout le levier de la puissance, beaucoup d’argent – ces impuissants !…

Voici un court extrait de ce texte, lu par Michael Lonsdale ( Editions Thélème, 10 rue de Pontoise, 75005 Paris ) :

rester fidele à la terre (158 téléchargements)
close

Inscrivez-vous pour être informés des nouveaux articles