La terre n’appartient à personne : il est juste question d’en prendre soin, gratuitement, par amour, et de vivre en symbiose avec elle. Là est le vrai bonheur.

Car, comme l’a écrit Jean Giono, ce “voyageur immobile” qui aimait tant arpenter la campagne provençale : “la maîtrise de la terre et des forces de la terre, c’est un rêve bourgeois chez les tenants des sociétés nouvelles. Il faut libérer la terre et l’homme, pour que ce dernier puisse vivre sa vie de liberté sur la terre de liberté (…)Ce champ n’est à personne. je ne veux pas de ce champ; je veux vivre avec ce champ et que ce champ vive avec moi, qu’il jouisse sous le vent et le soleil et la pluie, et que nous soyons en accord. Voilà la grande libération païenne.”

Voici un extrait de sa nouvelle “l’homme qui plantait des arbres”, texte célèbre traduit en de nombreuses langues, où il est aussi question de don et de gratuité…( texte lu par Juliette sur le site http://victoria-aufildeslectures.blogspot.com ) :

le bonheur de la gratuité (176 téléchargements)
close

Inscrivez-vous pour être informés des nouveaux articles