La Mort du Loup, poéme on ne peut plus connu d’Alfred de Vigny écrit en 1838, certes exhalte la beauté et le courage de l’animal sauvage…

Mais par contraste il dit aussi la servilité de l’animal domestique, qui sert l’homme « pour avoir le coucher », et la lâcheté de l’homme qui pleure, prie, gémit, et ne sait rester comme le loup, silencieux au moment de « la grande épreuve »…

En voici un extrait, dit par Gérard Philippe :

close

Inscrivez-vous pour être informés des nouveaux articles