Alphonse de Lamartine avait horreur des bouchers, et a écrit de beaux textes sur la souffrance animale et la cruauté humaine…

Dans l’extrait ci-dessous de son recueil “La Chute d’un ange”( Septième vision : Or ces hommes, enfants ! ) il montre comment la cruauté et l’indifférence à la souffrance animale non seulement donnent aux hommes “leur sens brutal et leur regard farouche” mais également corrompent leur coeur, car “au forfait le forfait habitue”….

A l’époque où Lamartine écrivit ces textes il était député : on aimerait que nos députés actuels fassent preuve d’un tel sens moral et se préoccupent autant des animaux. Mais il est vrai que pour Lamartine le talent littéraire se devait d’être au service des idées politiques…

Extrait dit par Augustin Brunault sur le site www.litteratureaudio.com

de l'horreur de tuer (30 téléchargements)
close

Inscrivez-vous pour être informés des nouveaux articles