Quoi de plus important que ce qui ne l’est pas : les jours et les saisons qui passent, la vie simple, le sentiment de la nature… Pourquoi vouloir ce que l’on n’a pas, pourquoi désirer ce qui est ailleurs, pourquoi se poser des questions qui n’ont pas de réponses, pourquoi se repaître jour après jour des mauvaises nouvelles qui viennent du monde extérieur…Ne vaut-il pas mieux, comme le dit si bien Cécile Sauvage “ignorer le désir, les gloses” et éviter “le souci d’être grand et de se définir”?

Cécile Sauvage, née en 1883 à La Roche sur Yon, mère d’Olivier Messiaen le compositeur, a été la poètesse de l’innocence, de la vie simple, des petits bonheurs quotidiens. Ses oeuvres complètes ont été publiées pour la première fois en 1929 et rééditées à La Table Ronde ( 7 rue Corneille, Paris 6ème ) en 2002.

Voici un extrait de ses oeuvres, un court poème intitulé “Voeux simples”, dit par Laurence Terramorsi

le bonheur simple des jours (59 téléchargements)
close

Inscrivez-vous pour être informés des nouveaux articles