Point n'est besoin de Rolex, de gadgets électroniques, ou d'amis milliardaires, pour goûter le bonheur simple des jours qui passent..
 
Voyez où nous ont conduit la raison raisonnante, la technologie débridée et la science arrogante, la volonté de puissance et de conquête, l'avidité financière et l'obsession de la croissance...
 
C'est d'autre chose dont nous avons aujourd'hui besoin : de compassion pour la Terre, de frugalité, de silence et de beauté... Et surtout : de ce souci attentif de l'autre, qui est attribut du féminin...
 
Tout cela nous pouvons l'entretenir en nous en cultivant un "état de poésie", une autre vision de la vie, que nous enseignent certains poètes et artistes, ainsi qu'en témoigne le contenu de ce site.
 
Celui-ci comporte deux parties : une partie variable d'articles mis en ligne au fil des jours, et une partie fixe - le catalogue - comportant des documents introuvables ou épuisés.

lundi 21 juin 2010

Remettre en cause la démocratie : José Saramago

José Saramago – qui vient de décéder – prix Nobel de littérature, considéré comme le plus grand écrivain portugais contemporain, ne mâchait pas ses mots.

Communiste, altermondialiste, athée, il n’a pas craint de s’attaquer au « tabou de la démocratie », en montrant à quel point les empires économiques contemporains sont « des adversaires radicaux de la démocratie, même si les apparences sont pour l’instant maintenues ». Et aussi : le pouvoir, le vrai pouvoir, se trouve ailleurs : c’est le pouvoir économique. Celui dont on perçoit les contours en filigrane, mais qui nous échappe lorsque l’on cherche à s’en approcher et qui contre-attaque s’il nous prend envie de restreindre son emprise, en le soumettant aux règles de l’intérêt général ».

Voici un extrait de son discours sur ce thème prononcé lors de l’anniversaire du Monde Diplomatique, en Mai 2004 :


08 José Saramago (Portugal) Sur la démocratie par naturevol

[contact-form 1 "Formulaire de contact 1"]