Point n'est besoin de Rolex, de gadgets électroniques, ou d'amis milliardaires, pour goûter le bonheur simple des jours qui passent..
 
Voyez où nous ont conduit la raison raisonnante, la technologie débridée et la science arrogante, la volonté de puissance et de conquête, l'avidité financière et l'obsession de la croissance...
 
C'est d'autre chose dont nous avons aujourd'hui besoin : de compassion pour la Terre, de frugalité, de silence et de beauté... Et surtout : de ce souci attentif de l'autre, qui est attribut du féminin...
 
Tout cela nous pouvons l'entretenir en nous en cultivant un "état de poésie", une autre vision de la vie, que nous enseignent certains poètes et artistes, ainsi qu'en témoigne le contenu de ce site.
 
Celui-ci comporte deux parties : une partie variable d'articles mis en ligne au fil des jours, et une partie fixe - le catalogue - comportant des documents introuvables ou épuisés.

mercredi 19 mai 2010

L’horreur de tuer des animaux : Alphonse de Lamartine

Lamartine a toujours eu une sainte horreur des bouchers, pensant qu’il y avait « quelque chose dans l’état de boucher de l’état de bourreau », ce qui rejoint d’aileurs des réflexiosn plus récentes d’écrivains comme Issac Bashevis Singer sur le parrallèle qui peut être fait entre les élevages industriels et les camps d’extermination des juifs…

C’est ainsi qu’il écrit : tuer des animaux pour se nourrir…c’est une de ces malédictions jetées sur l’homme soit par sa chute, soit par l’endurcissement de sa propre perversité »

Voici un court extrait à ce sujet de ses « Confidences » ( Livre IV, Chapitre VIII ) dit par Augustin Brunault sur le site www.litteratureaudio.com :

Télécharger le MP3 - 1.76 MB
[contact-form 1 "Formulaire de contact 1"]